De l’importance de se faire des amis québécois…pendant un PVT au Québec

J’aurais pu titrer « De l’importance de se faire des amis du monde entier », mais je vais m’en tenir au Québec, où je vis actuellement. Depuis mon retour en mai dernier, j’ai vécu plusieurs « aventures relationnelles », appelons ça comme ça. Beaucoup de rencontres, des amitiés tissées, des déceptions, des connaissances éphémères… Bref, des expériences dont j’ai envie de vous faire profiter pour vous expliquer pourquoi il est primordial de se faire des amis québécois pendant un PVT (ça marche aussi avec tous les autres visas 😉 ) et vous donner quelques pistes pour vous créer votre petit cercle d’amis.

2010 vs 2016 – Le visa de la maturité

Pour être honnête, je n’avais jamais envisagé de faire un article sur ce sujet quand je suis arrivée, ça me paraissait tellement vu et revu. Ça m’a pris spontanément, ce mercredi matin, en envoyant un texto à un ami québécois pour lui demander qui était telle personne, une vedette locale apparemment, dont j’avais vu le profil sur les réseaux sociaux. Et à ce moment là je me suis dit, ouais! c’est un énorme avantage d’avoir des amis originaires du Québec et pas uniquement pour connaitre le nom d’une célébrité locale. Ça m’amène souvent à me demander pourquoi certains français arrivent ici pour rester entre eux (ce qui est d’ailleurs complètement paradoxal lorsqu’on sait que je faisais pareil, mais j’en parle un peu plus bas). Alors oui, ça peut paraître cliché de dire ça mais je vous assure qu’on finit par se poser la question. Je comprends parfaitement qu’en arrivant, en ne connaissant personne, on choisisse la facilité en s’inscrivant sur différents groupes Facebook d’expatriés français parce que c’est plus simple de rencontrer des gens qui vivent la même expérience. Moi même je l’ai fait lorsque je suis arrivée à Québec la toute première fois en 2010 pour être assistante de français, je peux donc en parler avec du recul et sans aucun jugement. Je pensais que les québécois étaient inaccessibles et j’avoue que je n’avais pas fait beaucoup d’efforts pour en rencontrer. Je me suis donc contentée de mes amis français, tous rencontrés sur pvtistes.net, (ce site et moi c’est une longue histoire d’amour, je m’y suis inscrite il y a 10 ans !). Je me dis souvent qu’à cette époque, j’étais passée à coté de mon aventure et je me suis promis que ce PVT serait une sorte de revanche. Avec le recul, je m’aperçois que je n’aurais jamais pu vous parler du Québec, de ses mœurs etc…

Je ne prétends pas pouvoir écrire un livre sur la société québécoise aujourd’hui, mais j’arrive à saisir certains aspects culturels qui m’échappaient complètement à l’époque. Un ami m’a d’ailleurs dit : « je suis sûre que tu as toujours sur toi un calepin et que tu prends des notes sur nous ». C’est presque ça tant j’ai l’impression de vivre une expérience sociologique à chaque instant. Le simple fait de s’entourer de québécois rend mon aventure différente à tout point de vue. Au départ, on est un voyageur en visite au Québec, une sorte d’électron libre qui observe les choses de loin et puis peu à peu, on se mêle aux gens qui font cette société, on essaye d’apprivoiser toutes ces nouveautés. On se pose un tas de questions qu’on ne se serait jamais posées avant dans les mêmes circonstances du genre « est-ce qu’il le pensait vraiment quand il m’a proposé d’aller boire un café ou c’était juste par politesse ? » 😀 On peut parfois avoir l’impression que les rapports humains deviennent compliqués, on ne sait pas toujours comment interpréter les sourires et l’enthousiasme légendaire des québécois et en effet, tous ces questionnements peuvent être décourageants. En ce qui me concerne, j’ai fait le choix de la découverte, de la nouveauté et de l’immersion totale.

Pourquoi est-ce si important de se faire des amis québécois ?

Après tout, pourquoi faut-il absolument se faire des amis québécois quand on peut facilement rencontrer des voyageurs provenant du même pays que soi ? Ils traversent les mêmes étapes, se posent les mêmes questions, ont les mêmes manques, il est donc plus facile de s’identifier, de se comprendre. Lorsque l’on est plusieurs à vivre à des milliers de kilomètres de chez soi, ça créé forcément des liens forts et durables. A l’époque, mes amis français et moi partagions les mêmes découvertes et surtout, les mêmes interrogations du genre « où faire ses courses pour trouver de la bonne nourriture ». Ça, c’est un classique 😀 Le problème, c’est que j’avais des questions mais peu de réponses. En étant constamment avec des français, nouveaux arrivants comme moi, je ne m’adressais pas aux bonnes personnes pour m’éclairer ou pour faire les bons choix.

Les amis québécois connaissent les bons plans

  •  Que ce soit pour le meilleur forfait internet ou le meilleur opérateur téléphonique, vos nouveaux amis québécois seront les mieux placés pour vous conseiller. Quand vous arrivez au Québec, vous ne connaissez ni la réputation des différents prestataires, ni leur efficacité en matière de service après vente par exemple. Bien sûr, vous pouvez comparer les tarifs pendant des heures sur internet et lire les avis des consommateurs sur les forums, mais avouons-le, c’est long et extrêmement chiant non ? Ils sauront, mieux que personne, vous donner les petits trucs pour obtenir des rabais et profiter de bons plans en tout genre, quelque soit le domaine.
  • La bouffe ! L’une des préoccupations principales des nouveaux arrivants français 😀 Je les comprends tellement, c’était une question centrale pour moi aussi. A l’époque, je me contentais de faire mes courses à l’Intermarché de mon quartier ou bien je passais chez Metro en sortant du travail, deux enseignes où les produits sont chers et pas de la meilleure qualité qui soit. Je ne cuisinais pas beaucoup et j’avais tendance à manger des plats faciles, pizzas et autres röstis, sans parler des nombreux fast foods que j’ai pu tester. Jusqu’au jour où j’ai commencé à faire mes courses avec des québécois, je vous jure que ce fut une révélation ! J’ai découvert des épiceries super chouettes où les produits sont de qualité et pas beaucoup plus chers que dans une grande surface, j’ai compris où acheter des fruits et légumes locaux pour cuisiner tous les jours et dépenser moins d’argent et accessoirement, j’ai compris comment estimer le montant des taxes avant de passer à la caisse 🙂
  • Votre nouvelle bande de potes vous fera découvrir la vraie vie locale, les pubs et les restaurants fréquentés uniquement par des québécois. Pour ne parler que de Québec, c’est assez facile de savoir où sortent les nouveaux arrivants, il suffit de suivre les discussions sur les groupes Facebook de PVTistes et on se rend compte que les mêmes lieux reviennent sans cesse. Difficile dans ce cas de faire de nouvelles découvertes et de sentir le pouls de la ville. Depuis que je vis à Québec, je ne fréquente que des bars et des resto de quartiers et je n’y ai croisé aucun français. Je trouve ça complètement fou d’ailleurs, à tel point que souvent, en entendant mon accent, les clients me lancent un regard du genre « tiens donc, une touriste ici ! » 😀 Vous pourrez aussi découvrir des événements undergrounds qui ne bénéficient pas d’une très grande visibilité. En septembre par exemple, un ami m’a fait découvrir un festival de musique organisé au fin fond des bois, à 3h de route de Québec. J’y ai passé deux jours, entourée de sa bande d’amis, des habitués qui s’y rendent chaque année. Deux jours à camper tous ensemble, à partager nos repas, à échanger, à rigoler. J’étais la seule française à l’horizon et comme d’habitude, j’ai adoré cette sensation d’être en immersion totale !
  • Ils connaissent leur ville, les recoins, les raccourcis, les lieux que vous ne pouvez découvrir qu’avec eux. Boire une bouteille de vin à 2h du matin au bord du Saint-Laurent, là où les lumières de l’autre rive sont les plus belles, ça vaut plus que tous les bars du centre ville 🙂

Se créer un réseau 

C’est bien connu, il est essentiel de se créer un réseau pour trouver un boulot facilement au Québec. Ce n’est pas dans nos habitudes en France car on a tendance à assimiler ça à du piston mais il ne faut pas hésiter à utiliser cette méthode ici. Pendant mes deux jours de festival justement, on m’a proposé un boulot alors que je n’avais même pas demandé 😀 Le réseautage ne sert pas uniquement à se trouver un job, on peut s’en servir pour trouver un logement plus facilement par exemple ou pour acheter une voiture. C’est comme ça que j’ai trouvé le van qui m’a servi à faire mon road trip dans l’est du Canada.

Comprendre

Je n’ai pas trouvé de sous-titre plus parlant. Avoir des amis québécois, c’est avant tout une chance énorme de comprendre les mœurs, les habitudes, le fonctionnement des politiques urbaines, économiques, sociales. Il y a de grosses différences avec la France et ces différences paraissent encore plus frappantes quand on passe tout son temps avec des québécois. Si vous aussi vous avez cette chance, n’hésitez pas à leur poser des questions en toute humilité et sans leur donner l’impression que vous les jugez. Vous comprendrez pourquoi il y a toujours des travaux pendant l’été, quelle place occupe le Québec dans cet énorme pays qu’est le Canada ou encore d’où viennent les préjugés que certains peuvent avoir sur les « maudits français ». Vous apprendrez même à faire des combos de sacres québécois 😀

Ok mais, comment on fait pour se faire des amis québécois ?

Lorsque l’on parle avec des français ici, les discussions tournent vite autour du sujet de l’amitié avec les québécois, les mêmes questions et réflexions reviennent souvent : « tu connais des québécois ? », « les rapports hommes-femmes sont très différents ici », ou le traditionnel « c’est difficile de se faire des amis québécois ». J’héberge souvent des voyageurs français via Airbnb ou Couchsurfing et j’ai des exemples à la pelle. Bien souvent, ils commencent par « il parait que » ou bien « j’ai un ami qui vit ici et qui m’a dit que »… La suite étant bien sûr « c’est difficile de se lier d’amitié avec les québécois ». Ce n’est même pas un faux cliché car se sont des expériences vécues. Je l’ai vécu également et je reconnais qu’à l’époque, je n’avais pas fait beaucoup d’efforts pour fréquenter des québécois. Tout le secret est là : il faut faire des efforts, il n’y a pas de recette miracle. Pour illustrer ce que je pense, j’ai envie de vous raconter une petite anecdote. Pendant un temps au début de mon PVT, il m’est arrivé de sortir avec des français mais j’ai vite été lassée par cette impression d’être dans un microcosme et ça en devenait étouffant. Le soir où j’ai voulu les présenter à ma bande de potes québécois, les 2 seuls à être venus (sur 6) ont préféré rester ensemble à la même table plutôt que de se mêler aux autres. Loin de moi l’envie de généraliser, je me base uniquement sur mon expérience personnelle mais je constate qu’il y a un hic. Et croyez moi, les québécois ne sont pas des extraterrestres inaccessibles, bien au contraire. Ils suffit d’avoir envie d’aller vers eux.

  • Vous voulez vraiment rencontrer des québécois ? Plutôt que de participer à toutes les sorties organisées par des français sur des groupes Facebook d’expatriés, pourquoi ne pas s’inscrire sur des groupes locaux ? Vous pouvez par exemple vous inscrire sur le groupe Facebook dédié à votre quartier, être actif en participant aux discussions et proposer des sorties. Vous pouvez aussi vous inscrire sur des groupes partageant un hobby ou une activité dans votre ville.
  • Surveillez les événements dans votre ville sur les réseaux sociaux et pas uniquement sur Facebook. Récemment, je me suis inscrite au Bivouac, un salon dédié aux travailleurs autonomes organisé au Palais des Congrès de Québec, un événement que j’ai découvert grâce à Twitter. Ma première motivation est surtout de rencontrer de nouvelles personnes et si en plus je peux apprendre de nouvelles choses sur l’entrepreneuriat alors tant mieux. Evidemment, j’y vais seule sinon ce n’est pas drôle 😀 C’est un excellent moyen de faciliter les rencontres car j’ai remarqué que les gens vont plus spontanément parler à une personne seule.
  • Choisissez une colocation 100% québécoise !! C’est certainement le meilleur moyen d’être en immersion to-tale !
  • Sachez saisir les opportunités lorsqu’elles se présentent et faites « fructifier » vos nouvelles rencontres. Lorsque vous sentez que ça accroche, profitez-en pour garder le contact via Facebook, échangez vos numéros, proposez des sorties. Votre nouveau pote vous présentera son cercle d’amis, vous rencontrerez les amis de ses amis etc… et c’est comme ça que vous élargirez votre cercle. Sympathisez avec vos collègues de travail si vous avez déjà un job ou participez à des événements associatifs si vous aimez les actions engagées. Vos voisins ont l’air cool ? Invitez les à prendre un café !
  • Ayez la bonne attitude, soyez positifs, ouverts d’esprit et curieux. Vous êtes là pour découvrir une nouvelle culture en toute humilité, pas pour donner des leçons de vie. Ça ne vous aiderait pas beaucoup de passer votre temps à faire des comparaisons avec la France par exemple. Oui, il y a des différences, mais ne vous focalisez pas la-dessus.

Je suis convaincue qu’on ne vit pas son aventure à 100% en ne s’entourant que de ses semblables car on passe à coté d’un tas d’aspects culturels. Finalement, peu importe la destination, s’entourer de locaux et s’immerger dans une autre culture est une vraie valeur ajoutée.

4 Comments

  • Salut 🙂

    Ton article était cool à lire et j’habite aussi à Québec qui est beaucoup mieux pour l’intégration. Les gens qui pensent à Montréal en premier, je dirais WRONG WAY s’ils veulent se lier avec des Québécois. Québec est une ville plus francophone que Montréal et ya plus de québécois que de gens d’autres pays. Voilà les 2 raisons incontournables qui argumentent que Québec est mieux pour les français. Mais je sais pas, les français sont bloqués sur Montréal où il y a plus de concurrence pour de la job et puis ya trop de monde et c’est cher. A Québec il y a beaucoup de PME est c’est plus facile pour les jobs. Moi je ne regrette absolument pas d’avoir choisi le chemin des études qui m’a permis de créer un réseau 100% québécois. Mes amies à l’école sont devenues de très bonnes amies vraiment et on fait des sorties ensemble, resto, marche, parcs…
    Je fais mon stage de formation grâce à un employeur qui m’a trouvée sur placement emploi québec (j’avais même pas postulé à son organisme) et surprise! c’est un stage rémunéré! Mon stage se passe super bien.
    De plus mes colocataires sont tous québécois, je suis la seule française dans la maison. Et puis j’aime aussi beaucoup la musique et grâce à ça j’ai pu me faire de très très bons amis québécois toujours, je continu à élargir mon réseau et je suis toujours la seule française du lot. C’est sûr qu’il faut faire des efforts de son côté mais les miens n’ont pas été énormes.

  • Je suis québécois et avec le temps, d’abord Couchsurfing, j’ai été amené à créer un cercle à l’intérieur duquel il n’y a essentiellement que des francais. Je pense que s’ils arrêtaient de se regarder le nombril, et pour certains toujours se plaindre, cela faciliterait les choses. C’est clair aussi qu’ils font aucun effort d’intégration. Bref, très bien senti ton texte. Je suis content d’avoir ce point de vue d’une expat.

  • top cet article.
    si on fait la démarche de sortir de sa zone de confort autant allez jusqu’au bout non ? je partage ton point de vue, pourquoi faire autant de kilomètres si c’est pour vivre en autarcie. c’est ça qui est génial dans le voyage c’est la découverte, l’ouverture aux autres. c’est ce qui enrichie l’expérience. il faut parfois se faire violence mais on en retire que du bon.

  • Très bon article! Pas si facile de se faire des amis québécois… J’espère y parvenir à mon tour! Je ne suis pourtant pas fan du tout des événements 100% pvtistes qui renforcent pour moi le côté communautaire et poussent qq peu à s’enfermer dans une même logique..! En tout cas…! Un article très intéressant! 🙂

    A bientôt,
    Laury
    Laury Articles récents…Un noël vintage à l’Atelier 111 Déco, MontréalMy Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge