Brame du cerf: récit d’une nuit en bivouac parmi les animaux

brame du cerfLa nuit est tombée sur le Parc animalier de Sainte Croix, nous sommes en pleine période de brame du cerf. Une lampe frontale et une dynamo sont les seuls éléments qui éclaireront cette nuit d’un noir profond. Les brames se superposent et en guise de toile de fond sonore, les hurlements des loups forment une fantastique symphonie sauvage. Au-dessus, le ciel dégagé scintille de mille étoiles.

Dans mon bivouac aux abords du terrain des cerfs, deux lits de camp et une petite table de chevet occupent la tente. Je pose mon sac et m’arme de mon bonnet, de mes gants et de mes deux polaires qui m’envelopperont de leur chaleur pendant cette nuit qui s’annonce longue et hors du commun. Les tentes voisines sont inoccupées et mes seuls compagnons nocturnes seront les mouflons, les rennes, les loups, les cerfs ou encore des chouettes. J’ai envie d’observer ce joyeux regroupement hétéroclite et m’aventure hors de la tente, mais dans cette obscurité totale, les lueurs fragiles de mes deux lampes me permettent à peine de deviner les formes des animaux et leurs mouvements nonchalants. Il me reste mes oreilles pour entendre ce spectacle, qui durera jusqu’au petit matin. La fatigue se fait sentir, j’en profite pour tenter de m’endormir et me glisse dans mon sac de couchage, juste avant de m’être emmitouflée dans le plaid fourni par le parc. Quelques minutes plus tard, déjà les gouttes se font entendre et se transforment vite en une pluie battante mettant un terme définitif à mon sommeil naissant. Les hurlements des loups au loin flottent encore jusqu’à mes oreilles tandis que le vent dans les arbres se mêle à des cris méconnaissables.

Inutile de vous dire que je n’ai pratiquement pas dormi tellement les raires sont puissants et s’enchaînent inlassablement. Heureusement, mes précautions vestimentaires m’auront épargné une nuit frigorifique. Je n’essaye même plus de m’endormir et me résous à passer la nuit à essayer de griffonner quelques lignes malgré la fatigue, profitant de ce moment si improbable et néanmoins très inspirant. Les meutes de loups qui me chuchotent leur mélodie est indéniablement le moment que je savoure le plus, une vraie douceur auditive qui me renvoie à des imaginaires aussi nombreux que fantasmagoriques.

Pour vous mettre dans l’ambiance, voici un petit enregistrement que j’ai fait pendant la nuit (il fallait bien s’occuper) avec les hurlements des loups et le brame des cerfs. Hasard du calendrier, cet article tombe le jour d’Halloween ! Je vous conseille d’écouter avec un casque ou des écouteurs, vous percevrez mieux les sons !

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge